Théa:
handicap et école

Quatre années de presque bonheur à la crèche, du coup dans la lancée, au regard des progrès de Théa, et grâce à la loi du 11 février 2005, Théa est inscrite à l’école. La maman monte le dossier MDPH (Maison Départementale Pour le Handicap) pour une demande d’AVSi (Auxiliaire de Vie Scolaire Individuel).

Simultanément, quitte à remplir un dossier de plus de 10 pages, la maman effectue des demandes d’orientations dans des centres spécialisés, ainsi que des demandes de carte d’invalidité et de stationnement.

Elle visite et rencontre avec Théa les centres en question. Là, surprise, en OFF les représentants de ces centres expliquent en substances à la maman ce qui suit : « Ah oui mais en fait Théa elle est polyhandicapée mais pas comme les autres ! Et puis elle est jeune encore, et puis on voit qu’elle a du potentiel et puis avec le plateau technique que vous avez mis en place nous on ne peut pas faire, on ne sait pas faire et de toute façon nous n’avons pas les budgets pour faire ! » Que faire ? Il est définitivement évident que l’école reste la meilleure option pour le bien être, l’épanouissement de Théa !

Donc go pour l’école ! L’objectif de cette scolarisation étant la continuité de la socialisation et comme personne n’est en mesure d’expliquer ce qu’a Théa peut être que par l’observation, la stimulation d’une autre manière elle apprendra les couleurs, les formes, etc…

Trois années de cauchemar commencent ! Les enfants les parents sont ravis de voir Théa à l’école quelques heures par semaines. Le corps enseignants et les AVSi beaucoup moins.

Théa a droit à 12h par semaine d’AVS oui mais voilà pas d’AVS, donc Théa ne fera pas sa rentrée scolaire ! Dans l’intervalle, la maman de Théa s’est arrêtée de travailler l’emploi du temps de Théa étant trop complexe pour assurer un minimum d’équilibre entre vie de famille et vie professionnelle… Vous allez vite comprendre au regard d’un exemple d’emploi du temps que la maman de Théa devait gérer.

Ainsi donc quelques mois plus tard victoire une AVS est nommée. Oui mais Théa n’ira qu’une 1h30 à l’école le matin et l’après-midi si l’AVSi est présente. Du coup voici l’emploi du temps de cette période, à vous d’apprécier la possibilité pour cette maman de travailler en plus d’assurer les allers-retours à l’école et les prises en charge thérapeutique :

8h30 les 2 enfants sont amenés à l’école
A 10h30 aller chercher Théa
A 11h30 Récupérer le grand frère de Théa
A 13h30 Ramener les 2 enfants à l’école
15h Retour à l’école chercher Théa
16h30 Retour à l’école pour récupérer le grand frère de Théa
Bien sûr au milieu de tout cela se greffe les prises en charge de Théa !

Peu lui importe la maman de Théa fait cela pour SES enfants, vaille que vaille elle se plie à toutes les adversités, contraintes, imprévus.

Le seul point que la maman de Théa n’avait pas anticipé et perçu est que les AVS allaient se succéder, se mettre en arrêt maladie intempestifs et que certains enseignants allaient faire un rejet viscéral de sa fille !

Les parents de Théa ont vécu de très grands moments :

A chaque réunion éducative la psychologue scolaire qui explique que c’est compliqué car Théa ne colle pas les gommettes et que les évaluations nationales ne sont pas réalisables pour Théa. La maman de Théa : « Euh oui mais Madame, vous êtes une enseignante qui a eu 50h de formation en psychologie comment pouvez-vous, vous revendiquer psychologue ? Je vous rappelle que Théa va à l’école très peu de temps par semaine et qu’il est question de socialisation et d’observation pour elle, et elle a une AVS ? » Et là, la psychologue scolaire : « mais vous savez c’est difficile le handicap, et nous ne sommes pas formés, et Théa est handicapée ! ». Bon ben là que dire ! La maman de Théa: « et la loi du 11 février 2005 vous en faites quoi ? ». Elle « mais Théa n’a pas sa place à l’école puisqu’elle ne fera jamais rien de sa vie ! ». A cet instant la maman de Théa abasourdie, rend les armes !
Ou encore l’AVS qui dit « pfff Théa c’est quand même moins bien que les autres enfants car elle ne parle pas et ne marche pas et en plus il faut la changer et lui donner à boire au biberon ». La maman de Théa naïve « mais Madame si vous avez un job c’est justement car ma fille est handicapée ! ». Elle « oui mais c’est difficile vous savez elle est handicapée ! »…
Les parents ne comptent plus les tasses à café retrouvés dans la poussette de leur fille, rendu très poliment par leurs soins et propres ! Même pas un merci ni une gêne quelconque de la part de l’AVSi ou de l’enseignante.
Des pages du cahier de liaisons qui disparaissent quand la maman dit « euh là vous avez écrit que vous avez fait ça avec Théa à la récréation mais comment se fait-il que des parents me disent qu’ils ont vu Théa sous le préau seule, tournée vers le mur pendant que vous étiez assise sur un banc à boire un café ? »
Ou encore les parents récupèrent leur fille pleine de pipi, alors qu’il fait -10° dehors et que donc l’enfant est congelée ! Là la maîtresse qui rétorque aux parents « Ben quoi vous voulez qu’elle soit comme les autres à l’école alors voilà ce matin c’était activité dehors et on a autre chose à faire que de changer un enfant qui n’a pas acquis la propreté ! »
Ou encore Théa est privée de sorties scolaires car l’AVSi qui pour une fois est une perle, se voit réquisitionnée par la direction de l’école pour s’occuper des enfants valides lors de la sortie !
Les parents récupèrent le biberon de Théa avec une tétine remplie de moisissures. Et là il est dit aux parents « vous ne croyez pas que l’on va en plus nettoyer sa tétine de biberon ! »
Le motilo utilisé à la crèche est laissée à l’abandon car de l’avis de l’école, l’AVS à autre chose à faire
Ceci, ne sont que quelques exemples des 3 ans vécus à l’école et ce sont les parties les moins choquantes.

Inutile de préciser que Théa ne voulait plus aller à l’école, qu’elle ne progressait plus ou très peu et qu’après bon nombre de courriers au ministère de l’Éducation Nationale, au Rectorat, aux Inspecteurs de l’Éducation Nationale, au Président de la République, tout est monté d’un cran.

Donc, après avoir déposé une main courante pour maltraitance, décision est prise, les parents de Théa lui créent un centre à domicile adapté à sa prise en charge thérapeutique et surtout sans Éducation Nationale.

La maman de Théa écrit à l’Éducation Nationale précisant pourquoi elle retire son enfant de l’école et elle reçoit en réponse un courrier très officiel lui indiquant qu’en optant pour une instruction scolaire en-dehors du système conventionnel elle s’expose à des sanctions pénales !

Pour en rajouter une couche, les parents de Théa sont évalués par une Inspectrice de Circonscription et une psychologue scolaire, pourquoi ? Parce que Théa est déscolarisée bien sûr mais, et surtout, parce que des signalements ont été faits à l’encontre de la famille par l’école et par l’aide à domicile de Théa !

Heureusement après, 3h d’entrevue et avoir sorti TOUS les classeurs médicaux, thérapeutiques, attestations de médecins, spécialistes, thérapeutes les parents de Théa ont été lavés de tous soupçons et tout s’est arrêté ! Pour autant ils ont eu beaucoup de chance car malheureusement pour beaucoup de familles les événements ne s’enchainent pas de la sorte !

2018-11-30T12:38:06+00:00

About Our Practice

Phasellus non ante ac dui sagittis volutpat. Curabitur a quam nisl. Nam est elit, congue et quam id, laoreet consequat erat. Aenean porta placerat efficitur. Vestibulum et dictum massa, ac finibus turpis.

Contact Info

12345 West Elm Street

Phone: 1.888.456.7890

Fax: 1.888.654.9876

Web: Buy Avada Today!